Passer au contenu principal

Aperçu hebdomadaire du marché

Semaine du 23 mai 2022

  • Les marchés boursiers ont continué de se replier cette semaine, et la situation n’a pas vraiment changé concernant l’inflation persistante, le resserrement de la politique monétaire et le ralentissement de la croissance.
  • L’indice S&P 500 a reculé de 3,0 % au cours de la semaine et le Nasdaq a encore cédé 3,8 %.
  • Les actions canadiennes ont cependant tenu le coup : l’indice S&P/TSX a gagné 0,5 %. Cette performance supérieure est en grande partie attribuable à une moins grande exposition au marché des titres de consommation, qui a été malmené cette semaine et, de fait, à une moins grande faiblesse. Par conséquent, la réévaluation des cours se poursuit.

En savoir plus



Semaine du 16 mai 2022

  • Les marchés boursiers ont encore une fois éprouvé des difficultés cette semaine, sans aucun signe d’apaisement sur les plans de l’inflation et de la politique monétaire.
  • Le Nasdaq est bien engagé en territoire baissier puisqu’il a cédé près de 30 % par rapport à son sommet à un moment donné. L’indice S&P 500 flirte avec ce territoire car il a enregistré un recul de 18 % avant une remontée vendredi. L’indice S&P/TSX, qui est beaucoup plus robuste, a même glissé en zone de correction quand il a perdu 10,8 %, avant de rebondir pour clore la semaine.

En savoir plus



Semaine du 9 mai 2022

  • Cette semaine, les marchés boursiers ont encore une fois reculé lors de séances marquées par la volatilité alors que la Réserve fédérale relevait les taux de 50 pdb et indiquait clairement que de nouvelles hausses semblables sont à venir.
  • L’indice S&P 500 a reculé de 0,2 %, compte tenu de certains soubresauts dus à la réunion de la Fed. Les actions canadiennes ont reculé de 0,6 %. Les actions du Nasdaq ont perdu 1,5 %, mais elles avaient enregistré un recul de 5 % jeudi.
  • La réalité du resserrement de la politique monétaire et de la réduction des liquidités semble maintenant s’être répercutée sur les investisseurs en actions.

En savoir plus



Semaine du 2 mai 2022

  • Les marchés boursiers ont connu une semaine mouvementée : les bénéfices des sociétés, le resserrement de la politique monétaire et le ralentissement de la croissance se sont combinés pour entraîner les marchés à la baiss.
  • L’indice S&P 500 a perdu 3,3 %. Clôturant sous les creux de la mi-mars, il a semblé en difficulté. La consommation discrétionnaire et les banques ont enregistré les reculs les plus importants durant la semaine. L’indice est maintenant en baisse de 1,9 % par rapport aux niveaux d’il y a un an et de 13,3 % en 2022.
  • L’indice S&P/TSX est sorti de l’ombre également. Il a enregistré une baisse de 2 % pour la semaine, car un certain nombre de titres qui se sont bien comportés ont éprouvé aussi soudainement des difficultés. Les actions canadiennes sont toujours en hausse de 7,8 % par rapport à il y a un an, mais elles sont en baisse de 2,2 % en 2022.

En savoir plus



Semaine du 25 avril 2022

  • Les marchés boursiers ont encore reculé cette semaine, et la situation demeure la même : une inflation élevée persistante, le durcissement de ton des autorités de la politique monétaire et une autre hausse des taux d’intérêt à long terme.
  • L’indice S&P 500 a reculé de 2,8 %. Seuls les secteurs des biens de consommation de base et des banques ont affiché des rendements positifs.
  • La Bourse de Toronto a reculé de 3,1 %, notamment en raison du recul marqué des secteurs des technologies et des matières premières et des ventes massives dans le secteur des banques à la fin de la semaine. Les actions canadiennes ne sont plus en territoire positif pour l’année.

En savoir plus



Semaine du 18 avril 2022

  • L’indice S&P 500 a fléchi de 2,4 %. Les gains dans les secteurs de l’énergie et des matières premières ont compensé les pertes dans les secteurs des technologies, des télécommunications et des banques.
  • La période de publication des résultats s’amorce. Et, cette fois-ci, elle revêt une importance particulière parce que les valorisations sont actuellement mises à l’épreuve par les hausses de taux d’intérêt.
  • Dans l’intervalle, l’indice S&P/TSX a gagné 0,1 %, grâce à une lourde pondération de l’énergie et des matières premières.

En savoir plus



Semaine du 11 avril 2022

  • Les marchés boursiers ont éprouvé des difficultés cette semaine, en raison des nouvelles rumeurs de resserrement monétaire et de la hausse des taux obligataires.
  • L’indice S&P 500 a reculé de 1,3 %. Les secteurs des technologies et de la consommation discrétionnaire ont affiché les pires résultats. Les secteurs défensifs, tout comme l’énergie, ont repris de la vigueur.
  • L’indice S&P/TSX a chuté de 0,4 %. La remontée des secteurs de la consommation courante, de l’énergie et des télécommunications a compensé les reculs des banques, des technologies et de l’industrie.

En savoir plus



Semaine du 4 avril 2022

  • Les marchés boursiers ont été contrastés cette semaine, clôturant un trimestre très volatil, principalement en territoire négatif.
  • L’indice S&P 500 a progressé de 0,1 %. Les banques ont cédé plus de 6 % durant la semaine et les secteurs de l’énergie, de l’industrie et des matières premières ont aussi reculé. Les piliers défensifs (services publics, biens de consommation de base et soins de santé) ont toutefois inscrit des gains. Au premier trimestre, l’indice a inscrit un recul de 4,6 % sur 12 mois, mais il a tout de même progressé de 13 % par rapport à son niveau d’il y a un an.
  • L’indice S&P/TSX a cédé 0,2 % cette semaine, mais il a fait bonne figure tout au long du trimestre. Il affiche encore une avance de 3,4 % en 2022.

En savoir plus



Semaine du 28 mars 2022

  • Les marchés boursiers ont poursuivi leur remontée cette semaine, malgré le ton plus ferme des banques centrales, qui ont martelé que les hausses de taux seront importantes.
  • L’indice S&P 500 a progressé de 1,8 %, grâce à un bond de 7,4 % dans l’énergie et à des gains dans tous les autres secteurs, sauf celui de la santé.
  • L’indice S&P/TSX a gagné 0,9 %. Le repli des banques et des technologies a freiné l’indice canadien.

En savoir plus



Semaine du 21 mars 2022

  • Les marchés boursiers se sont fortement redressés cette semaine, malgré l’incertitude géopolitique persistante et un durcissement de ton encore plus marqué de la part de la Réserve fédérale.
  • L’indice S&P 500 a grimpé de 6,2 %, grâce à un rebond de plus de 7 % dans les secteurs des services financiers, de la consommation discrétionnaire et des technologies. L’indice est revenu à sa moyenne mobile sur 200 jours, si bien que la semaine prochaine pourrait être un test technique.
  • L’indice S&P/TSX a affiché une progression beaucoup plus modeste, qui a atteint 1,7 % au cours de la semaine. Il ne faut pas oublier que les actions canadiennes se sont très bien comportées puisque l’indice a clôturé la semaine à un sommet record.

En savoir plus



Semaine du 14 mars 2022

  • Les marchés boursiers ont connu une autre semaine mouvementée, notamment une montée en flèche des prix du pétrole sous l’effet de l’incertitude persistante en Ukraine.
  • L’indice S&P 500 a reculé de 2,9 %, tous les secteurs, sauf l’énergie, ont affiché des rendements négatifs.
  • L’indice S&P/TSX a progressé de 0,3 %, un autre gain sur le plan du rendement relatif. Les gains dans les matières premières, l’énergie et les services publics ont compensé la faiblesse des rendements presque dans tous les autres secteurs.

En savoir plus



Semaine du 7 mars 2022

  • Les marchés boursiers ont continué d’être volatils cette semaine en raison de l’incertitude géopolitique et du resserrement de la politique monétaire.
  • L’indice S&P 500 a chuté de 1,6 % à la fin de la journée vendredi. La vigueur des secteurs de l’énergie et des services publics a compensé en partie le recul marqué des technologies et des banques. Le marché continue de faire piètre figure, l’indice se maintenant sous ses moyennes sur 50 et 200 jours, et un croisement se profile à l’horizon.
  • Fondamentalement, l’incertitude géopolitique, l’inflation, le resserrement de la politique monétaire et l’aplatissement de la courbe des taux tracent un portrait plutôt sombre. Cela dit, divers paramètres de mesure de la confiance des investisseurs donnent maintenant une lecture pessimiste que l’on observe généralement autour des creux de correction, ce qui est habituellement une condition nécessaire (mais non suffisante) pour trouver un moment tournant.

En savoir plus



Semaine du 28 février 2022

  • L’invasion de l’Ukraine par la Russie s’est avérée être un autre coup dur pour un marché boursier qui était déjà aux prises avec des pressions inflationnistes persistantes et l’imminence d’un cycle de resserrement monétaire.
  • L’indice S&P 500 a toutefois clôturé la semaine en hausse de 0,8 %, après des fluctuations intrajournalières spectaculaires, mais il a tout de même reculé de 8 % sur l’année.
  • Les titres défensifs ont mené le bal cette semaine, alors que les banques et la consommation ont tiré de l’arrière. L’indice Nasdaq a encore plus fortement fluctué pour terminer en hausse de 1,1 %, tandis que l’indice TSX a progressé de 0,5 %.

En savoir plus



Semaine du 21 février 2022

  • Les marchés boursiers ont connu une autre semaine mouvementée en raison des nouvelles données sur l’inflation en Amérique du Nord, qui laissent entrevoir des hausses de taux, et des craintes quant à une possible invasion de l’Ukraine par la Russie.
  • L’indice S&P 500 a clôturé la semaine en baisse de 1,6 %. Les biens de consommation de base ont été le seul secteur ayant inscrit une progression. Entre-temps, l’indice S&P/TSX a chuté de 2,5 %, l’un des pires rendements de la semaine, mais il est demeuré bien au-dessus de sa moyenne mobile sur 200 jours.
  • L’aplatissement de la courbe des taux a fait craindre une récession; même si l’écart entre les taux des obligations à 2 ans et à 10 ans s’est resserré ce mois-ci, nous tenons à souligner qu’à environ 50 points de base, il est actuellement inférieur aux creux de lundi.
  • L’or s’est redressé cette semaine, mais il a reculé par rapport aux sommets précédents. Le pétrole a clôturé une semaine volatile en hausse de 2 % pour s’établir à environ 91,70 $.

En savoir plus



Semaine du 14 février 2022

  • Les marchés boursiers ont été agités cette semaine. Le marché se préparait aux hausses de taux de la Réserve fédérale et s’inquiétait des rumeurs d’invasion de l’Ukraine par la Russie.
  • L’indice S&P 500 avait perdu 1,7 % à la fin de la journée vendredi. Les gains des banques, des matières premières et de l’énergie ont été neutralisés par la faiblesse de la plupart des autres groupes.
  • L’indice S&P/TSX s’est mieux comporté et a inscrit une hausse de 1,2 % pour la semaine. De façon générale, les services financiers ont été soutenus par la forte remontée des taux des obligations du Trésor américain à 10 ans cette semaine, qui ont dépassé les 2 % pour la première fois depuis 2019. L’or et le pétrole se sont redressés.

En savoir plus



Semaine du 7 février 2022

  • Les marchés boursiers sont toujours aux prises avec le cycle de resserrement à l’horizon et la persistance de l’inflation.
  • L’indice S&P 500 a progressé de 1,5 % pendant une semaine agitée, notamment en raison des ventes massives liées aux bénéfices, tandis que le TSX a progressé de 2,6 %.
  • Le changement abrupt des politiques et les sommets, inédits depuis plusieurs décennies, atteints par l’inflation sont des pilules difficiles à avaler, mais le marché semble réagir à peu près comme il le devrait jusqu’à présent.

En savoir plus



Semaine du 31 janvier 2022

  • Les actions américaines ont cassé une période de baisse de trois semaines après une remontée herculéenne à la fin de vendredi, l’indice S&P progressant de 0,8 %.
  • Au Canada, la Bourse de Toronto a également sorti la tête hors de l’eau vendredi, en progressant de 0,6 %.
  • La vigueur de l’énergie, des biens de consommation de base et des télécommunications a compensé la faiblesse de la santé et des matières premières.

En savoir plus



Semaine du 24 janvier 2022

  • Les marchés boursiers ont reculé cette semaine, en raison de l’agitation provoquée par le resserrement attendu de la Fed.
  • L’indice S&P 500 a reculé de 5,7 %, tous les secteurs étant dans le rouge.
  • Par ailleurs, le TSX, qui est moins exposé aux secteurs les plus dynamiques du marché, a de nouveau inscrit un « rendement supérieur », avec une baisse plus modeste de 3,4 %.

En savoir plus



Semaine du 17 janvier 2022

  • Cette semaine, les marchés boursiers ont éprouvé des difficultés à cause de l’important durcissement de ton de la Réserve fédérale.
  • L’indice S&P 500 a reculé de 0,3 %, la vigueur de l’énergie ayant été contrebalancée par des baisses dans la plupart des autres groupes.
  • Le TSX a inscrit un rendement supérieur de 1,3 %, grâce au rebond des prix du pétrole et à un autre mouvement haussier dans le secteur, de concert avec les banques.

En savoir plus



Semaine du 10 janvier 2022

  • Cette semaine, les marchés boursiers ont trébuché en raison du durcissement de ton de la Réserve fédérale américaine, tandis que les données économiques continuent de laisser entrevoir une forte croissance et un resserrement du marché de l’emploi.
  • L’indice S&P 500 a reculé de 1,8 % tard vendredi, mais le Nasdaq, très performant, s’est plus fortement replié de 4,1 %.
  • Le TSX a reculé d’un peu plus de 1 %, puisqu’il a été soutenu par la vigueur des secteurs de l’énergie et des banques.

En savoir plus



Semaine du 20 décembre 2021

2021 : Une Odyssée haussière

  • Les marchés boursiers ont fait face à de multiples vagues de COVID-19, à des sommets de plusieurs décennies en matière d’inflation et à un changement abrupt des perspectives en matière de politique monétaire. Pourtant, grâce à la très forte demande, à la solidité des bénéfices et à une certaine expansion des valorisations, les marchés boursiers ont progressé.
  • Les actions ont surfé sur la vague d’inflation généralisée des prix des actifs en 2021, l’indice S&P 500 ayant augmenté d’un confortable 23 % sur l’année.
  • Cette année, le secteur de l’énergie a été le plus performant des deux côtés de la frontière, progressant de plus de 40 % aux États-Unis jusqu’à maintenant, et de près de 40 % au Canada.
  • Conformément au thème pratiquement généralisé en 2021, le rendement relatif des petites et des grandes entreprises a presque été neutre cette année.
  • À ce stade-ci, la courbe des taux s’est quelque peu aplatie, mais elle est encore assez accentuée pour laisser entendre que la Fed peut facilement relever son taux encore trois fois sans trop de problèmes. C’est peut-être la raison pour laquelle les actions ont fait fi de l’adoption cette semaine par la Fed d’un ton plus ferme pour clôturer 2021.

En savoir plus



Semaine du 13 décembre 2021

  • L’indice S&P 500 a terminé la semaine sur un solide 3,8 %, en revenant sur le terrain du record, après un bref et petit recul de 4 % qui, ces jours-ci, pourrait être qualifié de correction.
  • Tous les secteurs ont enregistré des gains, celui de la technologie étant en tête de peloton avec une hausse de 6 % sur la semaine.
  • Par ailleurs, l’indice TSX a ajouté un gain plus modeste de 1,2 % et a dorénavant pris un net retard ces derniers mois.

En savoir plus



Semaine du 6 décembre 2021

  • Cette semaine, les marchés boursiers ont fait du surplace, puisqu’ils tentaient de concilier les perturbations éventuelles de la croissance par le variant Omicron avec la réalisation croissante que la politique monétaire de la Fed est chose du passé.
  • L’indice S&P 500 a chuté de 1,2 %, mais a réussi une forte remontée plus tard dans la semaine, lorsque l’humeur des investisseurs s’est stabilisée.
  • Il est à noter que, malgré la baisse des dernières semaines, les actions ont à peine bougé, puisque l’indice S&P 500 n’a reculé que de 3,5 %
    net par rapport à son sommet record. Au cours de cette période, la faiblesse s’est concentrée dans les secteurs des services de communication, de l’énergie
    et des matières premières, tandis que les services publics se sont bien comportés.

En savoir plus



Semaine du 29 Novembre 2021

  • Les marchés boursiers ont reculé cette semaine, en incluant la dégringolade de vendredi qui est due à la faiblesse des négociations pendant le congé de la fête de Thanksgiving et qui aura pour effet de refroidir les esprits.
  • L’indice S&P 500 a perdu 2,2 % pendant la semaine et l’a terminé sur un recul de 2,3 % dans une journée de négociation écourtée, vendredi. Les secteurs de la consommation discrétionnaire, des télécommunications et des technologies ont tous reculé de plus de 3 %, alors que l’énergie a été le seul secteur à conserver un gain malgré la baisse du prix du pétrole à la fin de la semaine.
  • Le TSX a reculé de 1,9 %, tard vendredi, tous les secteurs étant dans le rouge, et les marchés européens ont baissé de plus de 5 %.

En savoir plus



Semaine du 15 Novembre 2021

  • Les marchés boursiers ont affiché des résultats contrastés cette semaine, car l’inflation élevée continue de préoccuper les investisseurs.
  • L’indice S&P 500 a reculé de 0,3 %, la baisse de 3,2 % de la consommation discrétionnaire ayant pesé sur ses résultats; les secteurs de l’énergie et des services publics ont aussi éprouvé des difficultés.
  • Le TSX a inscrit un rendement supérieur durant la semaine, inscrivant un solide rendement de 1,5 % grâce à la nette remontée des secteurs des soins de santé, des technologies et des matières premières.

En savoir plus



Semaine du 8 Novembre 2021

  • Les marchés boursiers ont progressé cette semaine, les données économiques étant demeurées solides et la Réserve fédérale américaine ayant répondu en grande partie aux attentes du marché.
  • L’indice S&P 500 a progressé de 2,0 %, principalement grâce à la consommation discrétionnaire et aux technologies, tandis que les banques et les soins de santé ont tiré de l’arrière.
  • Tous les grands secteurs ont affiché des gains, les actions des secteurs de la consommation (de base et discrétionnaire) ayant mené le bal.

En savoir plus



Semaine du 1 Novembre 2021

  • Les marchés boursiers ont progressé cette semaine dans l’ensemble, ceux-ci ayant manifestement fait fi de l’inflation, de la croissance économique décevante ainsi que des rumeurs à l’égard d’une réduction imminente des mesures d’assouplissement et de hausses de taux.
  • L’indice S&P 500 a progressé de 1,3 %, principalement grâce à la consommation discrétionnaire et aux télécommunications, tandis que les banques ont tiré de l’arrière.
  • Le TSX a reculé de 0,8 %, la plupart des secteurs s’étant repliés au cours de la semaine.

En savoir plus



Semaine du 25 octobre 2021

  • Les marchés boursiers ont progressé cette semaine, effaçant rapidement l’effet négatif de la mini-correction qui a duré une bonne partie du mois de septembre.
  • L’indice S&P 500 a progressé de 1,6 %, principalement grâce aux secteurs des banques et des soins de santé. L’indice a cumulé sans faire de bruit des gains quotidiens pendant sept jours consécutifs avant de baisser vendredi, retournant à des niveaux record.
  • Par ailleurs, le TSX a progressé de 1,4 % au cours de la semaine, grâce à un bond de 5 % dans le secteur de l’industrie. Les actions canadiennes n’ont reculé qu’au cours d’une journée ce mois-ci, alors que nous entamons la dernière semaine de négociation. Jusqu’à présent, la meilleure partie du calendrier ne semble se résumer qu’à cela.

En savoir plus



Semaine du 18 octobre 2021

  • L’indice S&P 500 a progressé de 1,8 %. Les craintes inflationnistes se sont apaisées, tandis que les bénéfices des sociétés ont connu un excellent départ, ce qui a stimulé les actifs à risque. Les actions des technologies ont connu leur plus forte remontée après un mois de septembre difficile et ont le plus contribué aux gains, tandis que les services financiers ont eu une semaine solide, les banques ayant enregistré des bénéfices records dans les services bancaires d’investissement.
  • L’indice S&P/TSX a bondi de 2,5 %. Les prix des ressources ont contribué à la hausse de l’indice large, le prix du pétrole brut (WTI) ayant atteint son plus haut niveau depuis 2014, franchissant la barre du 80 $ le baril. Tous les secteurs ont été positifs, tandis que les actions des banques ont dépassé leurs équivalents américains, malgré un recul des taux à long terme.
  • L’indice européen STOXX 600 a gagné 2,7 %, l’indice japonais Nikkei 225 a bondi de 3,6 %, et l’indice chinois CSI 300 a enregistré un rendement modéré de 0,3 %.

En savoir plus



Semaine du 11 octobre 2021

  • Les marchés boursiers ont rebondi cette semaine alors que les inquiétudes suscitées par le plafond de la dette se sont dissipées temporairement et que les données économiques étaient généralement solides.
  • L’indice S&P 500 a progressé de 0,8 % pour la semaine, les secteurs de l’énergie et des banques ayant mené le bal. Les titres défensifs ont tiré de l’arrière, tout comme les titres technologiques.
  • Au-delà des secteurs, les titres de valeur ont commencé à se relever par rapport aux titres de croissance, lesquels ont connu une forte remontée au cours de l’été.
  • L’indice S&P/TSX a monté de 1,3 %, grâce à un bond de 3,5 % des actions du secteur de l’énergie , le WTI ayant franchi la barre des 80 $ à un certain moment.

En savoir plus



Semaine du 4 octobre 2021

  • Les marchés boursiers ont reculé cette semaine, en raison des pressions inflationnistes persistantes, des risques liés au plafond de la dette et de la baisse de confiance générale des marchés.
  • L’indice S&P 500 a reculé de 2,2 % au cours de la semaine, en raison d’ une baisse des secteurs de la santé et de la technologie.
  • Le TSX a perdu 1,2 %, la chute de près de 7 % du secteur des titres.
  • L’indice européen STOXX 600 a gagné 0,3 %, l’indice japonais Nikkei 225 a reculé de 0,8 %, et l’indice chinois CSI 300 a baissé de 0,1 %.

En savoir plus



Semaine du 27 septembre 2021

  • L’indice S&P 500 a progressé de 0,5 %. Une fois de plus, les actions du secteur de l’énergie ont mené le bal en raison de la vigueur des prix du pétrole, tandis que l’accentuation de la courbe des taux a également stimulé les titres bancaires, au détriment des secteurs défensifs et sensibles aux taux, comme les services publics et l’immobilier.
  • L’indice S&P/TSX a reculé de 0,4 %. Le secteur de l’énergie a été le plus vigoureux, tandis que le secteur des services financiers, très important, a également enregistré un modeste gain, les banques ayant réagi favorablement à la hausse des taux. Cependant, la faiblesse des secteurs des matières premières et des technologies s’est avérée trop importante pour être contrebalancée, alors que l’ensemble du marché souffrait un troisième recul hebdomadaire.
  • L’indice européen STOXX 600 a gagné 0,3 %, l’indice japonais Nikkei 225 a reculé de 0,8 %, et l’indice chinois CSI 300 a baissé de 0,1 %.

En savoir plus



Semaine du 20 septembre 2021

  • L’indice S&P 500 a perdu 0,6 %. Les actions du secteur de l’énergie se sont redressées en raison de la faiblesse des stocks de pétrole brut aux États-Unis, tandis que celles de la consommation discrétionnaire ont également réussi à rester dans le vert grâce aux titres liés aux voyages. Tous les autres secteurs ont inscrit un rendement négatif, les secteurs de l’industrie, des services publics et des matières premières ayant été les moins performants. En août, les données sur l’inflation ont ralenti et ont été inférieures aux prévisions, après une hausse des prix pendant la plus grande partie de l’année.
  • L’indice S&P/TSX a reculé de 0,7 %. Le secteur de l’énergie a réussi à rester positif, tandis que celui de l’immobilier se maintenait aussi et poursuivait une excellente année. Le secteur des matières premières a fortement contribué aux pertes parce qu’il s’appuie sur des métaux précieux en baisse, tandis que les ventes massives d’épiceries et d’entreprises du secteur de l’alimentation ont nui au secteur des biens de consommation de base.
  • L’indice européen STOXX 600 a perdu 1 %, l’indice japonais Nikkei 225 a progressé de 0,4 %, et l’indice chinois CSI 300 a reculé de 3,1 %.

En savoir plus



Semaine du 13 septembre 2021

  • L’indice S&P 500 a perdu 1,7 %. Tous les secteurs ont inscrit un rendement négatif lors de la courte semaine de négociation, car les inquiétudes liées à la croissance et à l’inflation ont miné la confiance sur le marché. L’immobilier a été à la traîne de l’ensemble des secteurs étant donné que les investisseurs y ont encaissé des profits. Cela dit, il mène toujours le bal depuis le début de l’année, tandis que le secteur des technologies est celui qui a le plus nui aux rendements hebdomadaires en raison de sa taille.
  • L’indice S&P/TSX a reculé de 0,9 %. Les actions canadiennes ont également fait l’objet de ventes massives, et ce, même si le secteur de l’énergie est notamment parvenu à rester en territoire positif. L’important secteur des services financiers a subi quelques pertes, ce qui a aidé le TSX à surpasser son homologue américain malgré le recul des secteurs des matières premières et de l’industrie.
  • L’indice européen STOXX 600 a perdu 1,2 %, l’indice japonais Nikkei 225 a grimpé de 4,3 % et l’indice chinois CSI 300 s’est redressé de 3,5 %.

En savoir plus



Semaine du 6 septembre 2021

  • L’indice S&P 500 a progressé de 0,6 %. Les secteurs défensifs comme l’immobilier, les services publics et les biens de consommation de base ont été parmi les plus performants, les données sur l’emploi du département du Travail ayant déçu. La faiblesse des données sur l’emploi a également donné aux investisseurs l’assurance que la Fed retarderait la réduction de ses achats d’actifs, ce qui a stimulé les titres technologiques.
  • L’indice S&P/TSX s’est redressé de 0,9 %, établissant un nouveau record malgré la publication de données sur le PIB à la baisse. Le raffermissement des prix des ressources a stimulé le huard, ainsi que les secteurs de l’énergie et des matières premières. Les actions du secteur de l’immobilier ont poursuivi leur forte progression, tandis que le secteur des services financiers a été le plus à la traîne en raison du recul des titres bancaires.
  • L’indice européen STOXX 600 a perdu 0,1 %, l’indice japonais Nikkei 225 s’est envolé de 5,4 %, et l’indice chinois CSI 300 a grimpé de 0,3 %.

En savoir plus



Semaine du 30 août 2021

  • L’indice S&P 500 a progressé de 1,5 %. Tous les yeux étaient rivés sur la Réserve fédérale, dont le président Jerome Powell n’a montré que peu d’empressement à relever les taux dans son discours de Jackson Hole. Les actifs à risque se sont envolés : les titres technologiques et ceux liés à l’Internet ont bondi alors que l’indice composé Nasdaq atteignait de nouveaux sommets, tandis que les secteurs défensifs comme l’immobilier, les biens de consommation de base et les services publics ont tous reculé.
  • L’indice S&P/TSX a progressé de 1,5 %. Les secteurs des produits de base ont contribué au rendement, les matières premières et l’énergie faisant partie des chefs de file; l’énergie a profité d’une hausse de 10 % des prix du pétrole WTI. Trillium Therapeutics a également fait les manchettes en grimpant de 180 % et en stimulant le secteur de la santé, après la nouvelle de son acquisition par Pfizer dans le cadre d’un accord de 2,26 milliards de dollars américains.
  • L’indice S&P/TSX a progressé de 1,5 %. Les secteurs des produits de base ont contribué au rendement, les matières premières et l’énergie faisant partie des chefs de file; l’énergie a profité d’une hausse de 10 % des prix du pétrole WTI. Trillium Therapeutics a également fait les manchettes en grimpant de 180 % et en stimulant le secteur de la santé, après la nouvelle de son acquisition par Pfizer dans le cadre d’un accord de 2,26 milliards de dollars américains.

En savoir plus



Semaine du 23 août 2021

  • L’indice S&P 500 a perdu 0,6 % pendant une semaine d’aversion pour le risque. Les secteurs sensibles à l’économie, comme l’énergie, les matières premières et les services financiers ont été les plus touchés, alors que la propagation du variant Delta continue de baisser les prix des matières premières. Les secteurs défensifs comme les services publics, l’immobilier et les biens de consommation de base ont mené le bal, alors que le secteur le plus important, la technologie, a réussi à enregistrer un petit gain grâce à Microsoft et Nvidia.
  • L’indice S&P/TSX a reculé de 0,9 %. Sa dépendance aux secteurs des produits de base lui a nui puisque l’énergie et les matières premières ont chuté en même temps que les prix du pétrole et des métaux précieux, alors que le huard s’est largement déprécié face au dollar américain. Les services financiers sont restés stables malgré des rendements plus faibles, les grandes banques ayant tenu bon face à leurs concurrentes américaines.
  • L’indice européen STOXX 600 a reflué de 1,5 %, l’indice japonais Nikkei 225 a reculé de 3,5 %, et l’indice chinois CSI 300 a perdu 3,6 %.

En savoir plus



Semaine du 16 août 2021

  • L’indice S&P 500 a progressé de 0,7 % pour atteindre un nouveau sommet. Le secteur de l’énergie a été le seul à perdre du terrain, car les perspectives relatives à la demande de pétrole demeurent incertaines compte tenu de la hausse des cas de COVID-19. Le secteur des services financiers a poursuivi sa progression, et est désormais celui qui affiche le meilleur rendement depuis le début de l’année et sur un an. Le rendement du secteur des technologies a été plombé par les actions du secteur des semi-conducteurs.
  • L’indice S&P/TSX a progressé de 0,2 %. Les actions bénéficiaires ont mené le bal, car le secteur des services financiers s’est redressé parallèlement aux contreparties américaines. Le secteur de l’immobilier a également poursuivi sur sa belle lancée, tandis que celui de la santé a souffert de la vente massive des actions liées à la marijuana.
  • L’indice européen STOXX 600 a progressé de 1,3 %, l’indice japonais Nikkei 225 a enregistré une hausse de 0,6 %, et l’indice chinois CSI 300 a réussi à inscrire un gain de 0,5 % malgré les pressions réglementaires accrues à Pékin.

En savoir plus



MD/MC Marque de commerce déposée/marque de commerce de la Banque de Montréal, utilisée sous licence.

BMO Gestion mondiale d’actifs est l’appellation utilisée pour diverses sociétés affiliées de BMO Groupe financier, qui offrent des services de gestion de placement, de fiducie et de garde de titres. BMO Gestion mondiale d’actifs englobe BMO Gestion d’actifs inc. et BMO Investissements Inc. Certains des produits et services offerts sous le nom BMO Gestion mondiale d’actifs sont conçus spécifiquement pour différentes catégories d’investisseurs issus d’un certain nombre de pays et de régions, et peuvent ne pas être accessibles à tous les investisseurs. Les produits et les services sont offerts seulement aux investisseurs des pays et des régions où les lois et règlements applicables l’autorisent. BMO Groupe financier est une marque de service de la Banque de Montréal (BMO).

Les FNB BMO sont gérés et administrés par BMO Gestion d'actifs inc., une société de gestion de fonds d'investissement et de gestion de portefeuille et une entité juridique distincte de la Banque de Montréal. Les placements dans des fonds négociés en bourse peuvent comporter des frais de courtage, des frais de gestion et d'autres frais. Veuillez lire le prospectus avant d'investir.

Les fonds négociés en bourse ne sont pas garantis, leur valeur fluctue fréquemment et leur rendement passé n'est pas indicatif de leur rendement futur.

Les fonds d'investissement BMO sont gérés par BMO Investissements Inc., une société de gestion de fonds d'investissement et une entité juridique distincte de la Banque de Montréal.

Les placements dans les fonds d'investissement peuvent être assortis de commissions, de commissions de suivi (le cas échéant), de frais de gestion et d'autres frais. Veuillez lire l'Aperçu du FNB, l'Aperçu du fonds ou le prospectus du fonds d'investissement pertinent avant d'investir. Les fonds d'investissement ne sont pas garantis, leur valeur fluctue fréquemment, et leur rendement passé n'est pas indicatif de leur rendement futur.

Pour connaître les risques liés à un placement dans les fonds d'investissement BMO, veuillez consulter les risques spécifiques énoncés dans le prospectus. La série FNB s'échange comme des actions, peut se négocier à escompte à sa valeur liquidative et sa valeur marchande fluctue, ce qui peut augmenter le risque de perte. Les distributions ne sont pas garanties et sont susceptibles d'être changées ou éliminées.

BMO Société d’assurance-vie est l’émetteur du contrat d’assurance individuel à capital variable des fonds distincts de BMO dont il est question dans la notice explicative et le garant des dispositions de garantie qui y sont énoncées. La notice explicative du FPG de BMO et les dispositions de la police donnent tous les détails et ont préséance dans tous les cas. Les produits de FPG de BMO sont offerts par l’intermédiaire de BMO Assurance-vie, une entité juridique distincte de BMO Gestion mondiale d’actifs détenue en propriété exclusive par BMO Groupe financier. Les fonds distincts sont offerts à la vente par des personnes détenant les permis d’assurance appropriés seulement et ne sont pas considérés comme des fonds d’investissement. Les frais des fonds distincts sont plus élevés que ceux des fonds d’investissement, car ils comprennent des frais d’assurance pour garantir les dépôts à l’échéance ou au décès.